plan détaille: le dénoument de Dom Juan

Introduction : Tout au long de la pièce, les différents personnages préviennent DJ des risques qu’il encoure pour des annonces implicites/explicites. « L’endurcissement au péché entraîne une mort funeste » acte 5 scène 2. DJ précipite son châtiment en se convertissant à l’hypocrisie religieuse. Nous nous demanderons comment interpréter le dénouement de la pièce ? Dans un premier temps, nous montrerons un dénouement spectaculaire et baroque puis nous parlerons d’un dénouement ambigu.

I.                   Un dénouement spectaculaire et baroque.

 

1)      La représentation du surnaturel.

 

On voit ici deux figures :

-> Le spectre : il apparaît ici en femme voilée (symbolique du voile : les femmes mariées, la mort, l’hypocrisie)

Dom Juan a dit : « je crois connaître cette voix » : ici une des nombreuses femmes déshonorées par DJ (=Elvire ? parce qu’elle apparaît en femme voilée à l’acte 1 scène 6)

Le spectre se transforme en allégorie du temps avec sa faux à la main.

Le spectre a une forme indéterminée (spectre ; fantôme ou diable) et changeante : pièce baroque car pièce instable. Théâtre à machine.

La mise en scène peut poser problème pour réaliser la forme et les déplacements du spectre car c’est une créature imaginaire.

-> La statue : La symbolique de la mort et de la pétrification. « donnez-moi la main » : ici l’impératif montre que la statut donne des ordres à DJ et représente le châtiment céleste.

 

2)      Dom Juan retrouve un statut de héros.

DJ n’a peur de rien (ce qui est l’opposé de son compatriote Sganarelle ici terrifié) : il va au bout de sa logique de défi. DJ ne se laisse pas impressionner par des apparitions : il veut vérifier par une expérience sensible (exemple : « je veux éprouver avec mon épée. ») : répétition « je veux » + négation : orgueilleux et obstiné : inversion d’habitude : un geste final symbolique avec la main (DJ épouseur à toutes mains symbolique de l’alliance) : la poignée de main qu’il accepte le conduit tout droit vers la mort à renversement.

3)      Une pièce baroque.

« Le tonnerre tombe … il est tombé » : on a ici le problème de la représentation de l’abîme et du tonnerre : châtiment de DJ.

On trouve aussi le feu qui est la symbolique de l’enfer : DJ aura brûlé sa vie

Engloutissement dans la terre de Dom Juan, le spectacle visuel et sonore est baroque.

I.                   Un dénouement ambiguë.

 

1)      Intervention de Sganarelle.

 

Mélange des registres : ici on a une comédie à fin tragique (mort du personnage principal, DJ). Ici on a une tension dans le texte : le châtiment final de DJ pourrait être édifiant si les derniers mots de Sganarelle ne faisaient pas basculer cette fin tragique en registre comique voir en farce.

Sganarelle énumère les victimes de DJ : il va se faire le porte-parole de la justice divine mais va faire preuve , en parallèle , de comique de caractère (on retrouve son rôle de bouffon) : il va faire preuve de matérialisme en voulant récupérer son argent.

 

2)      Comment interpréter la fin/ le dénouement.

 

La fin de DJ a posé problème : censure via la réplique « mes gages ! mes gages ! »

-> DJ meurt : Molière a un côté moralisant.

-> Intervention de Sganarelle avec ses répliques comiques : ceci va décrédibiliser la mort de DJ.

-> DJ est certes damné mais Dieu n’a pas réussi à le faire plier : il a dû le faire disparaître ce qui prouve que DJ a résisté jusqu’au bout : il va accéder au statut de mythe.

 

Conclusion : La pièce a inspiré du monde. Un siècle plus tard Mozart reprend DJ, il a composé la musique pour l’opéra (spectacle total qui prend en compte différents arts : danse théâtre réplique chantée). Il a eu besoin de réécrire le texte de Molière pour l’adapter au chant. Cet opéra est en italien car le librettiste (celui qui écrit le livret) est un italien : Lorenzo Da Ponte. Dans l’opéra Sganarelle va être à l’image de son maître (Leporello ce qui signifie lièvre ce qui fait un référence à l’aspect  libertin de son maître DJ).