Texte2 : L'autoportrait d'un libertin

Texte 2 : Acte 1 ; Scène 2

-->L’autoportrait d’un libertin, tirade argumentative

Introduction : Après le portrait de Dom Juan fait par Sganarelle dans la scène d’exposition, après l’apparition du héros dans la deuxième scène, nous assistons à un autoportrait du séducteur dans cette tirade. En quoi ce texte est une tirade argumentative ? Dans un premier temps, nous expliquerons la vision de l’amour d’après Dom Juan puis nous effectuerons le portrait d’un libertin.

 

  1. La doctrine de Dom Juan en amour

  1. Une démonstration efficace

  • Texte argumentatif : structure en 3 temps

  • Nous somme dans un texte argumentatif qui possède une structure très rigoureuse : dans un premier temps, Dom Juan va réfuter la thèse de Sganarelle. Ensuite elle donne sa thèse (« pour moi ») en faisant l’éloge paradoxale de l’infidélité, de l’inconstance.

  • L-23 : à partir de « on goûte » on a l’exaltation du séducteur.

  • Dom Juan généralise sa pensée puisqu’il utilise « je » au début du texte puis « on » à la fin.

  • compare ses conquêtes amoureuses à des conquêtes guerrières.

  • il utilise « tu » pour rejeter l’opinion de Sganarelle.

  1. La fidélité comme un emprisonnement

  • Champ lexical de la mort : la fidélité pour Dom Juan revient à la mort de sa personne et à son enlisement : « renonce au monde » l.2 ; « s’ensevelir pour toujours » l.3 ; « mort dès sa jeunesse » l.3 ; « endormons » l.3 (=Hyperbole)

  • L’amour fidèle et assimilé à la mort du désir et donc à une mort symbolique

  1. Le plaisir de la conquête

  • Répétition de « toutes » et des pluriels (femmes au pluriel)

  • Répétition de « Non » ce qui accentue sa thèse : « Non, non, la constance n’est bonne que pour les ridicules ».

  • Dom Juan est méprisant envers les autres et il a une thèse affirmé que l’on voit avec la répétition du mot « non ».

 

  1. Le portrait d’un libertin

> Point cours : Le libertinage : deux types = de mœurs et d’esprit

Libertin= vient du latin libertinus, celui qui est affranchi arriver jusqu’à la débauche/ séducteur/ collectionneur de femmes, à la recherche d’un plaisir sans entraves, le libertinage reflète aussi le pouvoir sur autrui. Celui d’esprit est lié aux croyances et pratiques chrétiennes, à la recherche d’un plaisir immédiat, Don Juan est un athée car il multiplie les images au ciel et défie la religion = c’est un héros de la démesure.

  1. L’amour assimilé à la guerre

  • La séduction prend la forme d’un combat amoureux et s’apparente l’art de l’amour à celui de la guerre.

  • La femme est présentée comme un ennemi dont l’amant libertin doit triompher dans une lutte armée.

Champ lexical de la conquête : «  combattre » ; « arme » ; « conquête » ; « ambition » ; « conquérant » ; « victoire en victoire » ; « Alexandre » ;

« Étendre mes conquêtes amoureuses » hyperbole car Dom Juan n’a pas de limites, c’est un personnage de la démesure.

  • Homme qui est pétrie d’orgueil, il considère qu’il est le plus fort et que rien ne peut entraver son appétit de domination : « Il n’est rien qui puisse arrêter l’impétuosité de mes désirs. »

  • La comparaison à Alexandre le célèbre conquérant Antique est symbole de sa mégalomanie (=prendre la grosse tête).

  1. Un homme hypocrite

  • Dom Juan justifie son libertinage avec des arguments liés à la « nature », c’est un hypocrite car loin d’outrager les femmes, l’inconstance est pour lui la meilleur façon de rendre justice à la beauté de chacune d’elles.

  • Hypocrisie de Dom Juan qui renverse l’argument de la nature.

  • Champ lexical de la justice : « Honneur » ; « ont droit de » ; « juste » ;  « injustice » ; « hommage » ; « les tributs où la nature nous oblige ». Il transgresse la loi de la nature et de son libertinage en disant que c’est la justice.

  • Dom Juan connait tous les mécanismes de l’amour, il les charmes en les flattant : «  On goute une douceur extrême […] envie de la faire venir » l.23 à 31

  1. Un homme qui maitrise son langage 

  • Dom Juan : Homme qui s’exprime de manière élégante, distinguée, galante, ce qui contraste avec Sganarelle.

  • Registre de langue élevé avec : « Se piquer d’un » l.4

  • Beaucoup de ses phrases sont des octosyllabes.

  • Il utilise des questions rhétoriques pour convaincre, rythme ternaire. (en 3 temps)

  • Beaucoup de verbes d’action qui traduisent le fait que Dom Juan est un conquérant.